Interdiction de se rassembler, gestes barrières… 2020 a été une année atypique où former relevait parfois du défi. Si les outils numériques ont permis de maintenir les activités et ont montré des avantages, très vite aussi, on a pu se rendre compte des limites du « tout au digital ».

Voilà plusieurs mois qu’on parle de la nécessité de se réinventer. Et bien, en 2021, nous vous proposons de passer à l’action et de vous mettre « en marche » !

La marche est une activité qui se fait en extérieur, dans des grands espaces. Elle fait donc partie des dernières actions dites « Covid-Proof », permettant des contacts sociaux tout en limitant les risques sanitaires. Nombreux s’y sont mis le week-end dans le cadre privé. Pourquoi ne pas poursuivre en milieu professionnel ? L’initiative présente, en effet, plusieurs atouts pour la Formation et l’Enseignement.

Sortir du cadre

La marche permet d’aller hors des murs : les participants sortent de leur cadre intérieur habituel (la maison, le bureau, la classe). Cet environnement extérieur nous place dans une position nouvelle qui permet d’adopter un point de vue différent, d’explorer de nouvelles perspectives. C’est une démarche qui, d’ailleurs, est souvent utilisée dans le secteur du coaching et que l’on retrouve, de plus en plus, dans les teambuildings d’entreprise.

Faire bouger le corps et l'esprit

La marche met les participants en mouvement. En salle de cours – et aujourd’hui, à domicile derrière son écran – nous sommes souvent en position statique. Avec la marche, notre corps se réveille, s’active et il le fait à un rythme détendu. La pensée suit alors le mouvement.

La marche comme "outil pédagogique"

Tous les sujets ne se prêtent évidemment pas à la marche. Il n’est pas question de faire de l’algèbre financière en marchant. On privilégiera des thématiques qui invitent à la réflexion, pour initier une discussion, pour favoriser des échanges de points de vue ou d’expérience voire pour renforcer les liens interpersonnels.

Le cœur de l’action se situe pendant la marche, pendant l’échange entre participants. Cependant, il n’est pas interdit de prévoir en fin d’activité, un espace (tableau, affiche, carnet de notes) pour recueillir le fruit de certaines réflexions.

Pas besoin d’aller dans le fin fond des Ardennes pour trouver un espace de marche. Un parc, un sous-bois peuvent déjà constituer un lieu de « travail » agréable. Un même espace, en fonction de la saison, peut, par ailleurs, offrir une atmosphère totalement différente. On sera néanmoins attentif à éviter les journées de météos maussades qui, elles par contre, n’invitent pas au voyage.

Vous souhaitez  intégrer cette pratique dans le cadre de vos actions de formation ?  L’équipe de Form@nam vous accompagne à sa mise en oeuvre !

Categories: Actualités